Bienvenue sur mon blog.
Il n'est jamais trop tard pour s'y mettre ! N'ayant jamais pratiqué de sport, je suis venu à la course à pied par hasard l'année de mes 40 ans. Comment on devient sportif sur le tard ? Lire ici.
Ce blog est destiné à vous faire découvrir, petit à petit, mon parcours de "sportif", depuis août 2008 et mon plus gros défi à l'époque : UTMB (CCC), 98 km autour du Mont Blanc. Ce qui m'a donné l'envie de partager mes impressions.
2010 = 10 années de courses à pied. Découvrez la rétrospective dans le détail ici.

N'hésitez pas à me rendre visite régulièrement et me laisser vos commentaires. Merci.
Bernard. (Bernard RONGVAUX, Virton, Belgique)

" Un pessimiste voit des difficultés dans chaque opportunité. Un optimiste voit des opportunités dans chaque difficulté "
"On ne s'arrête pas de courir parce qu'on vieillit, on vieillit parce qu'on arrête de courir"

jeudi 30 mars 2017

♣ Eco Trail de Paris




Samedi 18 mars 2017

30 km - 600mD+

Cela devient une habitude, cet EcoTrail : 2x le 50 km (2011 - 2013), 2x le 80 (2010 - 2012) . Et pour cette édition anniversaire, la 10e, nous décidons de nous lancer sur le 30km, largement suffisant pour Céline cette année. Et quand nous nous sommes inscrits, mi-décembre 2016, il était imprévisible de savoir si nous pourrions être au départ.
De toutes façons, Paris, nous y serons pour 3 jours, course ou pas course, na !!

Finalement, après l'impasse sur Reims, Céline décide de tenter le coup, juste pour voir, et aussi par envie.
Je lui propose de diviser le parcours en trois : faire le point après les 10 premiers km, prendre le temps de récupérer si nécessaire, les 10km suivants jusqu'au ravitaillement de St-Cloud, et éventuellement les 10 derniers jusqu'à la "grande Dame de fer" si les ressources sont suffisantes.
En sachant, par expérience, que la dernière partie, dans Paris, n'est pas la plus belle et tire en longueur.

Vendredi.
Direction la Porte de Versailles - eh oui, c'est nouveau- et le salon "Destination Nature" pour le retrait des dossards et le village trail. A cette heure (environ 16h00..), c'est plutôt calme côté dossard, l'opération nous prendra 5min à tout casser. Nous y retrouvons nos amis de ....Virton, inscrits sur le 18km.





aux dossards, c'est un peu désert ....


Coucou, les Virtonnais: Christine et David, Florence et Dominique.

Samedi.
Après une relativement bonne nuit, lever à 06h30. Petit-déj, puis direction la gare Montparnasse (nous logeons pas trop loin...) pour prendre le train de la ligne N jusque Bellevue, et l'aire de départ sur le site de l'observatoire de Paris, à Meudon. Fouille à l'entrée !! Files séparées pour les hommes et les femmes, car fouille au corps. Bon, c'est assez symbolique, je pense, mais si ça peut rassurer ...





Dépôt de nos sacs d'après-course au camion. Nous voilà prêts...
Il ne fait pas très chaud, et le vent est assez piquant.
Il nous reste quasi 1h à attendre. On se tient au chaud comme on peut...

L'objectif, au loin, la Grande Dame de fer

files aux wc "secs" ...

.... et en face, le "mur des lamentations"  :-)

Notre "selfie" habituel ! Pas chaud, hein ....
Vers 09h50, on essaie de se placer le plus en avant possible pour partir au plus vite, c'est un départ par vagues. L'ambiance monte doucement sur les lancées du speaker.
10h00,  départ de la première vague....Mince on n'est pas monté assez loin devant, on sera dans la suivante, je pense.
10h05 : 2e départ. Ah mince, ils ont fermés 2 rangs juste devant nous !! Pffffff...
10h10 : PAN, c'est notre tour ! Ca part modérément, les plus rapides sont dans la première vague. Finalement, ce n'est pas plus mal comme ça....




Nous prenons notre petit rythme; enfin, c'est ma traileuse qui le donne, son rythme, je me "contente" de suivre et de modérer si nécessaire, en mode alternatif marche-course.
Les km s'enchaînent gentiment, il fait bon courir, mais frais dès que l'on ralenti.





Les quelques côtes, et escaliers, sont abordées en marchant, avec une pause "souffle" au milieu. En fait, le plus gros soucis de Céline est ce manque de souffle dû au traitement. L'un ou l'autre petit bouchon lors de traversée de carrefour. Le feu est rouge, les bénévoles sont intransigeants, c'est normal, sécurité avant tout !
STOP ! Feu rouge, non mais .....!

Nous reconnaissons la plupart des passages, communs aux autres parcours 50 et 80km.

Première étape franchie, les 10 premiers km. Le rythme est bon, on continue comme ça, mais pas plus vite. Nous sommes à environ 9km/h de moyenne, ce n'est pas si mal.

Encore quelques passages agréables, sentiers, étangs, un peu de ville et de tarmac.  Notre rythme a quelque peu faibli, la moyenne descend...



Nous sommes bientôt en approche de la fin de notre deuxième "étape", le ravitaillement de St-Cloud, au km 20. Là, le parcours est changé, nous n'arrivons pas par le même chemin que les autres années.



Mais, bon, c'est joli par ici aussi, tiens ....

Allez, courage, une (LA..) dernière côte !!


Ca change, mais ça commence à tirer en longueur pour Céline, la fatigue est bien là, et le mental commence à lâcher du lest. Une petite bruine s'est mise à tomber et l'air s'est rafraîchi avec le vent. On s' est déjà équipé de nos vestes depuis un petit moment. Nous prenons le temps au ravito.

 Céline subit un bon coup de fatigue et le froid l'envahit, après un peu plus de 3h de course. Elle décide malgré tout de repartir....
En cherchant, bien, ça doit être là-bas, en bas, au loin ....

Coucou Panda ! Et puis on se casse ... :-)  Dur, mais avec le sourire !

Mais bien vite, dans la descente vers Sèvres, après quelques centaines de mètres, elle se rend bien compte que ce n'est pas raisonnable de continuer. Je la rassure qu'un arrêt ici n'est pas dramatique, des courses, nous en terminerons d'autres plus tard, et nous avons fait la plus belle partie du parcours. La suite, jusqu'à la Tour, nous la connaissons quasi par cœur, ce n'est pas le morceau le plus beau ni le plus agréable à faire.

A contre cœur, mais mûrement réfléchi, nous remontons jusqu'au ravitaillement pour y signaler notre abandon. Ce n'est pas toujours facile à faire ....
Mais là, surprise, personne n'est au courant de la marche à suivre, rien n'est prévu, pas de navette pour nous rapatrier à l'arrivée !!
"Bon, alors, descendez jusqu'à Sèvres, traversez le pont, et vous serez à proximité d'une ligne de bus et du métro".
C'est une blague ?? On ne nous demande même pas si nous allons bien, ni pourquoi nous arrêtons, si nous avons besoin de soins ou pas..!!! Débrouillez-vous, quoi !!

C'est un peu avec la colère au ventre que finalement nous reprenons le chemin de la course, sur pas moins de 3km pour trouver une bouche de métro. Heureusement que nous avions prévu un peu d'argent "au cas où"..!
Je décide que nous rentrions directement à notre hôtel, pour le confort de ma compagne. J'irai ensuite récupérer nos sacs d'après course sur le site d'arrivée....

C'est une finale en "queue de boudin" qui nous déçoit beaucoup, évidemment. La 10e édition de cet EcoTrail nous laissera un goût un peu amer. Dommage ......!

Mais, me direz-vous, nous n'étions pas obligés de venir. C'est juste !

Résultat : arrêt au 20e km, un peu plus de 3h.





Mais cela n'a pas totalement gâché notre séjour, Paris reste Paris, avec l'une ou l'autre visite, un bon théâtre et un petit resto !
Non mais ....!! :-)








mercredi 15 mars 2017

♣ Trail de la Montagne de Reims


http://www.trail-aventures.fr

Dimanche 12 mars 2017

32 km - env 800m D+





Céline n'étant pas en grande forme, elle déclare forfait et préfère récupérer en vue de la suite de son traitement et de sa guérison, grande priorité !! Néanmoins, nous décidons que je ferai le déplacement, on en parle depuis quelques temps déjà de cette course. En observateur pour l'année suivante. Incognito donc, et en terre inconnue.

Direction Ecueil, petit village situé au sud sud-ouest de Reims, 320 habitants. Logé au cœur d'un immense plateau à perte de vue, d'où surgit une protubérance boisée appelée la "Montagne de Reims", dont les coteaux sont entièrement recouverts de... vignes. Eh oui, nous sommes en Champagne. 02h30 de route en ce qui me concerne



D'ailleurs, la base des opérations se trouve dans la coopérative vinicole du bourg. Tout un programme...
J'arrive à 08h00 pile, soit avec quasi 1/2h d'avance sur mon estimation (enfin, celle de ViaMichelin plutôt..). Mais il faut dire que ce fut très calme sur la route.
Un beau soleil m' écueil - pardon- accueille, avec une température fraîche (quelques degrés tout au plus...). Retrait du dossard; petit tour du propriétaire, c'est clair, net, précis et convivial. Ca sent la bonne organisation !!


Je m'équipe à mon aise et part pour un petit échauffement en visitant le village....
Ouhh, lala, que je plains ces pauvres gens, quelle tristesse : "Champagne Machin" ici, "Champagne Chose" plus loin, "Champagne Truc" là-bas, "Champagne"....encore ici et là...Bouhhhhhh, quelle dure vie que d'être élevé au biberon de champagne :-) Et au beau milieu de la place, un grand bassin, dont je n'ose goûter le liquide qui s'y trouve...Tiens, point de bulles ici...
Je déconne : quel beau et accueillant petit village !! Tout y a l'air calme et serein.





Je remonte calmement vers l'aire de départ. Et ma présence "incognito" n'aura duré que peu de temps: j'y retrouve en fait quelques belles connaissances : Fabien et Nicole comme bénévoles dans l'organisation, Xavier Boulanger (Esprit Trail) et Jean-Claude Godinho; Alain Bustin (qu'on ne présente plus); et la troupe du Bail Run (Trail des Sauvages à Evrehailles) avec Patrick mon jumeau (on est né le même jour ...). Ca fait bien plaisir de retrouver tous ces gens.

Pendant l'attente sous le boudin (ben oui, ils appellent ça comme ça ici ...l'arche, quoi !) de la Mutuelle, il se déroule une chouette ambiance échauffement "gym-tonic" devant la salle, accompagnée par la fanfare locale.

On s'élance - à l'heure -  assez vite à l'assaut des chemins de vigne, alternance de béton, terre et herbe. Il fait rapidement chaud courir, je tombe la veste et le tour de cou. C'est parti pour un beau périple d'alternance de chemins de vignes et d'agréables et sinueux sentiers en forêt. Le balisage est sans équivoque.








Déjà un petit ravitaillement au km7, non prévu. Je zappe.

A chaque fois que nous ressortons de la forêt, s'ouvre devant nos yeux écarquillés un paysage à perte de vue, souvent le même, mais c'est beau sous le soleil !
Manquant d'entraînement en ce début de saison, j'ai décidé d'un rythme posé. Mais il me semble être parti un peu vite malgré moi, emporté par la foule...A plusieurs reprises, je me suis dit que je devais lever le pied, mais mon allure ne semble pas se réduire.







Voilà la séparation des 2 parcours, le 15 à gauche, le 30 à droite. Emporté par ma fougue photographique, je vire naturellement .... à gauche, évidemment. Mais seules quelques vingtaines de mètres m'auront suffi à me rendre compte de mon erreur. Et déjà l'un ou l'autre concurrent me rappelle à l'ordre. C'est ça aussi l'esprit trail !

 S'ensuit un passage un peu long à mon goût, 2 bons km sur un long chemin un peu monotone. Mais très vite, nous revenons dans le vif du sujet, avec une belle petite descente, un petit étang, et un long sentier sinueux tout en forêt, longeant un fossé. Et à la clé, de temps en temps, l'un ou l'autre passage boueux. De cette belle boue bien collante qui vous "scotche" vos baskets au sol.







Deuxième ravito (en fait celui qui était bien prévu) au 19e km. Que de l'eau (c'était bien prévu comme ça..), rapide donc, on ne traîne pas.

J'essaie encore de réduire un peu mon tempo, car j'ai peur de craquer un peu sur la fin ...
Encore quelques beaux petits sentiers, avant de sortir du bois, définitivement cette fois.



Aïe, les 5-6 derniers km seront sur les chemins de vigne, avec beaucoup de béton;  et de tarmac lors de la traversée de 2 villages. Terrain trop dur pour moi et surtout pour mon dos qui a du mal à encaisser les chocs. Le mal s'accentue au fil des km, et je me dois de lever le pied, et marcher par moments pour soulager ma ceinture abdominale.


La dernière grimpette se profile (je ne l'attendais pas celle-là...), et me vaudra d'être à la traîne pour en venir à bout. Cette fois, cela ne fait plus que descendre, en trottinant pour assurer le coup.


Traversée du village, arrivée par l'arrière de la coopérative, et passage de la ligne sous les acclamations de public présent.





 Et -enfin- un buffet d'arrivée bien garni qui fait grand bien !! OUF !!!

Je suis finalement bien content de mon résultat, à mon niveau habituel finalement (milieu de classement), vu ma condition actuelle.
Il me faudra un bon 1/4h-20 min de repos pour évacuer mes douleurs dorsales, et quelques démangeaisons dans les jambes. Pas de douches, mais comme il fait beau, ce n'est pas un problème pour se changer en extérieur.
Ensuite, direction le "podium" , càd le quai de chargement de l'établissement, pour y déguster la coupette de champagne offerte gracieusement (on peut même emporter le verre en souvenir !!).
Le divin breuvage est largement présent dans tous les lots qui remercient les 10 premiers des classements.

Bref, un bon trail, même si le plus gros du dénivelé se fait dans les vignes, le parcours est varié,  relativement roulant mais usant à la longue. Il faut donc l'aborder avec une certaine retenue malgré tout.
Bon, probablement que je reviendrai l'an prochain, avec ma Céline cette fois !!

Résultat : 03:38:52 - 200e/421 classés - 29e/59 enV2H

coucou :-)                             (Crédit Xavier Boulanger)